Accueil » Qui sommes nous ?

Qui sommes nous ?

Coco et Fab

Coralie

L’histoire de ce voyage, c’est avant tout l’histoire de Coralie. De par ses origines franco-laotiennes, ce périple est pour elle bien moins un challenge d’aventurière, un surpassement personnel, que le besoin naturel de découvrir son pays, sa culture et son peuple.

Les études scientifiques lui tenant tête, elle jeta, dès qu’il en fut possible, son dévolu sur les langues étrangères, sésames de ses aspirations nomades. Anglais, Espagnol, Italien, Portugais, langage des signes ; plus rien ne lui résiste. Lassée de parfaire sa locution devant un auditoire impénétrable, Coralie se décida alors d’aller pratiquer ces dialectes in situ. Elle parcourra donc de nombreuses régions de France et divers pays d’Europe. Animée depuis toujours par une jovialité communicatrice, Coralie se tourne volontiers vers le monde qui l’entoure.

Profondément concernée par les questions environnementales, et réalisant, lors de ses voyages, le fléau qu’incarne le tourisme de masse, Coralie, embrasse avec conviction et enthousiasme le monde de l’écotourisme. Considérer le tourisme comme un échange mutuel, être soucieux de ses impacts sur la culture, l’environnement, et l’économie locale, enfin soutenir les populations à travers des projets de développement ; telles sont les valeurs de Coralie, celles qui justifient son investissement face aux impacts désastreux d’un tourisme inadapté.

Au retour de deux séjours en Inde, mêlant la découverte au volontariat, Coralie fut persuadée de la nécessité d’un engagement davantage approfondi vers un tourisme plus responsable. Un diplôme en écotourisme en poche elle s’engage en février 2006 dans la création de l’association Gondwana (écotourisme et éco-volontariat) qui concrétise cette volonté d’agir, d’aider et de sensibiliser au respect de la planète et de ses habitants. Cette association organise divers projets, notamment la création d’un séjour écotouristique au Laos pour la Toussaint 2008 basé sur la rencontre d’un public non-voyant et de personnes en réinsertion. Coralie, par son sens aigu du relationnel et de l’initiative, en est responsable.

Le projet Noria incarne pour Coralie l’aboutissement d’un projet tant professionnel que personnel : l’échange avec les diverses populations rencontrées, le recueil de témoignages et d’informations objectives sur le terrain, et la sensibilisation sont autant de priorités pour notre voyageuse.

Fabien

Aussitôt sorti de son babygro® turquoise – qui lui avait déjà permis de graviter dans quelques unes des plus belles régions françaises – Fabien hérita de cette mauvaise manie du voyage que ses parents avaient contractée il y avait bien des années déjà.
Ils le traînèrent tout d’abord, égoïstement, aux quatre coins de l’hexagone. Mais leur mesquinerie s’aiguisant toujours un peu plus après chaque voyage, ils ne tardèrent pas à tirer le jeune Fabien de son sud natal pour des destinations autrement plus exotiques : Espagne, Allemagne, Danemark… Ils poussèrent même par la suite, le vice à contraindre l’adolescent crédule à des déplacements tantôt moyen-orientaux, tantôt outre-atlantique !!!
Quand soudain le choix de sa route s’ouvrit devant lui, Fabien prit conscience que ce goût amer et enivrant du voyage lui était resté. D’un tempérament mêlant cartésianisme et humanisme, il plongea décidé dans le milieu du développement. Après une brève visite à l’université, il intègre l’ISTOM (Ecole d’ingénieur en Agro-Economie Internationale) d’où il sortira avec un diplôme en poche et plusieurs expériences dans les Pays du Sud. Fabien adhéra tout d’abord à un projet local portant sur les conduites d’élevage dans différents bassins versants du Rajasthan, en Inde. Profondément sensible aux valeurs sociales, il n’hésita pas l’année suivante quand on lui proposa de travailler à l’Institut Français de Pondichéry (Inde) sur l’indigence foncière et financière d’une minorité marginalisée : les Adivasis.
Une spécialisation en Hydraulique Villageoise prévue pour le mois de février 2005 au Burkina Faso, Fabien décida avec quelques amis de fonder l’association 6ème Méridien autour d’un projet quelque peu insolite : relier en Deux-chevaux la France à l’Afrique de l’Ouest. Fabien, président de l’association, publia une partie de ses aventures dans la presses locale et spécialisée.
Exilé en Angleterre pour sa dernière année d’étude, un Master en Gestion des Ressources Naturelles, il s’engage dans un projet au Kenya visant à l’étude d’impacts des facteurs socio-économiques et environnementaux sur la conservation forestière. Une fois de plus, son immersion au cœur des populations rurales lui ouvre les portes sur des merveilles culturelles et des échanges infiniment enrichissants.

Curieux et éternellement insatiable de rencontres, Fabien considère le projet Noria comme le moyen de découvrir et de comprendre un peu mieux le monde dans lequel il vit. Comme l’écrit Nicolas Bouvier dans Voyage vers le Japon des Aïnous : en voyage « chaque bosquet de pivoines vous prend en flagrant délit d’ignorance ».

Entraînement pour le grand départ.